Viennoiserie Valence

Gamme fixe viennoiserie

Les pâtes levées et feuilletées :

  • Croissant : pâte levée et feuilleté au beurre fin « AOP » Charente- Poitou.04

    La petite histoire : On dit que la pâtisserie aurait été inventée à Vienne pour célébrer la fin du second siège de la ville par les troupes ottomanes (1683). Et telle est la narration : tandis que l’ennemi décidait d’attaquer la nuit afin de ne pas se faire remarquer, les boulangers viennois, levés avant l’aube donnèrent l’alerte. C’est pour immortaliser cette victoire qu’il leur fut permis de confectionner le «  Hörnchen » (petite corne en allemand) avec sa forme qui rappelle le symbole du drapeau ottoman.

  • pain au chocolat : pâte levée et feuilleté au beurre fin « AOP » Charente- Poitou et double chocolat.
  • pain au raisin : pâte levée et feuilleté au beurre fin « AOP » Charente- Poitou, raisin de Corinthe et crème pâtissière.
  • couques à la pistache : pâte levée et feuilleté au beurre fin « AOP » Charente- Poitou, crème de pistache et amandes.
  • oranais aux abricots : pâte levée et feuilleté au beurre fin « AOP » Charente- Poitou, crème pâtissière à la vanille et abricots pochés.
  • kouign amann : pâte levée et feuilleté au beurre fin « AOP » Charente- Poitou, le tout roulé dans du sucre et du beurre avant une caramélisation au four…âme sensible s’abstenir !

    La petite histoire : Le KOUIGN-AMANN a été inventé, en 1860, à DOUARNENEZ, Place Gabriel Péri chez Monsieur et Madame CROZON. Un jour de forte affluence au magasin, le boulanger Yves René SCORDIA a voulu approvisionner rapidement la boutique, il avait sous la main de la pâte à pain, du beurre et du sucre et comme il devait également connaître la technique de la pâte feuilletée qui consiste en un pliage successif de la pâte le Kouign-Amann est né. Le résultat fût surprenant : un gâteau feuilleté, gorgé de beurre et de sucre caramélisée avec un petit goût de beurre noisette et de fermentation sous une croûte dorée et caramélisée, c’est le KOUIGN-AMANN.

les pâtes feuilletées :

  • chausson aux pommes : pâte feuilletée au beurre fin « AOP » Charente- Poitou, pommes tombées au caramel et à la vanille,  compote légèrement sucré.
  • bichon au citron : pâte feuilletée au beurre fin « AOP » Charente- Poitou caramélisé au sucre, crème au citron jaune.
  • palmiers : pâte feuilletée au beurre fin « AOP » Charente- Poitou caramélisé au sucre.
  • sacristain aux pralines roses : pâte feuilletée au beurre fin « AOP » Charente- Poitou, glace royale, et pralines rose concassées à la noisette.

les pâtes briochées :

  • brioche nature : pâte à brioche au beurre et levain naturel.
  • brioche au sucre : pâte à brioche au beurre et levain naturel, croûte au sucre grain et miel.
  • brioche aux pralines rose : pâte à brioche au beurre et levain naturel, pralines rose à la noisette.
  • brioche au chocolat : pâte à brioche au beurre et levain naturel, pépites de chocolat.
  • Kouglof : pâte à brioche au beurre et à la levure de bière, parsemée de raisins de Corinthe.

    La petite histoire : Les historiens peinent à reconstituer l’histoire du Kougelhopf car peu d’écrits en font mention avant le XIXe siècle. Même l’origine de son nom est sujette à débat. Le mot kugelhof pourrait venir de Gugelhut qui était le chapeau des parlementaires strasbourgeois, ou de Kugel qui signifie « boule », la désinence hopf étant une allusion au gonflement de la pâte. Il est en tout cas certain que le Kougelhopf existait déjà au XVIIIe siècle, date des moules les plus anciens que l’on ait retrouvés.

  • pain de Modane : pâte à brioche au beurre et levain naturel, farcie de crème pâtissière et fruits confits macéré au kirsch, le tout recouvert d’une croûte aux amandes et à la noisette.

    La petite histoire : A Modane, on raconte que lors du percement du premier tunnel ferroviaire, à la fin du 19e siècle, les ouvriers mangeaient volontiers un pain du dimanche, sucré avec un fourrage original.

Snacking :

  • pizza,
  • sandwich,
  • flammekueche,
  • salades,
  • tartine,
  • grignotes chorizo ou roquefort,